Appel à communications

 

                                                      « Tandis que les catégories de sexe, de race et de classe sont toutes potentiellement pertinentes dans la vie sociale, les individus occupent différentes identités et celles-ci peuvent être accentuées ou mises en sourdine en fonction de la situation. » (West Fenstermaker ; 2006)

Forgé par la pratique militante et réinvesti par la recherche, le concept d’intersectionnalité permet de penser l’expérience particulière vécue par des actrices et acteurs à l’intersection de différents rapports sociaux et l’imbrication de ceux-ci. L’une des fortes critiques qui est adressée au concept est de naturaliser une sectorisation et d’enfermer les sujets dans des identités altérisées. Penser et rendre observable ces imbrications, voire cette consubstantialité des rapports sociaux, tout en leur conservant une propension processuelle et dynamique est alors l’un des enjeux de l’opérationnalité de ce concept, notamment dans sa dimension empirique. C’est dans cette perspective que s’inscrit cette journée d’étude, souhaitant nourrir le questionnement à partir de travaux et de terrains de recherche prenant pour objet l’espace public.

L’espace public est ici considéré comme un terrain privilégié pour l’étude de différents rapports sociaux et leurs imbrications. Pour certains il est une scène où se publicisent des rapports sociaux, pour d’autres l’espace public se co-construit en relation dialectique avec ces rapports. Les espaces publics sont également tributaires de décisions politiques et économiques. Prendre en compte cette multiplicité d’enjeux invite à nuancer l’image d’un lieu où les usager∙e∙s disposeraient d’une liberté d’aller et de venir. Ils sont des espaces où se jouent des relations basées sur l’interaction et la visibilité, sur des régimes multiples (de légitimité, identitaires…). Ils offrent ainsi des situations de coprésence qui donnent à voir des conflictualités sociales, « raciales » (entendue ici dans sa dimension de rapport social), religieuses ou de genre.

L’objectif de cette journée est de penser les rapports entre intersectionnalité et espace public. Elle est ouverte à toutes les disciplines des sciences sociales, nous privilégierons cependant les communications s’appuyant sur des travaux empiriques issus d’enquêtes de terrain. 

Nous proposons trois axes dans lesquels pourront s’inscrire les propositions :

Axe 1. Les effets des dispositifs sur les acteurs∙trices : assignations, discriminations, criminalisations dans l’espace public.

Les catégories de l’action publique (lois, politiques de la ville, actions policières) et le rôle joué par les acteurs privés en termes de gouvernementalité déterminent les expériences des acteurs∙rices. Plus spécifiquement, la production de ces catégories affecte les expériences des individus à plusieurs niveaux et dans plusieurs domaines qu’on nomme ici expériences intersectionnelles. Le rapport entre la production de ces catégories et ces expériences intersectionnelles sont l’objet d’analyse de cet axe. Comment les politiques publiques visant les travailleurs∙ses du sexe ou leurs client∙e∙s affectent les pratiques des acteurs∙rices dans cet espace ? Comment les actions policières modifient-elles les pratiques quotidiennes des hommes racisés dans l’espace public ? L’analyse des dispositifs et des modes de gouvernementalité qui déterminent l’ordre social sur un territoire donné, en l’occurrence l’espace public, peut également être proposé dans cet axe.

Axe 2. Visibilité, invisibilité et jeux de résistances : négociations quotidiennes par les acteurs

Dans cet axe pourront être abordés les jeux de visibilisation ou d’invisibilisation mis en place par les personnes, stratégies d’évitement ou de résistance, les possibilités des acteurs et actrices de sélectionner une forme spécifique de capital dans un contexte précis. Est-il possible de jouer de ses identités multiples ou de se réapproprier les identités du groupe dominant sur un territoire donné ? Est-ce qu’une désethnicisation peut s’opérer lorsque l’individu transcende une appartenance ethnique (en la cachant, reniant, modifiant…) et intègre une classe sociale ou adhère à l’idéologie du groupe dominant ? Dans ce cas, quel serait le rôle joué par le phénotype dans ces processus de changements identitaires ? Certaines assignations, notamment de classe, donnent lieu à des jeux de “passing” tandis que d’autres, comme les assignations raciales ou certaines caractéristiques visuelles telles que le port du voile sont plus difficiles à dissimuler. On peut penser aux hommes sans-papiers qui revêtent le costume et modifient également leur hexis corporel pour être perçus comme des hommes d’affaires.

Axe 3. L’intersectionnalité sur le terrain : défis et difficultés

Dans cet axe peuvent être abordées les difficultés et défis rencontrés au cours d’enquêtes de terrain prenant pour objet l’intersectionnalité dans l’espace public. Comment observer et analyser l’imbrication des rapports d’altérité et de domination dans l’espace public ? Au-delà des limites, ces difficultés peuvent mener à des bricolages et des explorations méthodologiques. Ces questionnements peuvent porter sur des problématiques méthodologiques, épistémologiques ou réflexives : comment et quels terrains choisir ? Quelles méthodes d’observation mettre en place ? Comment ne pas surinterpréter les caractéristiques sociales en jeu dans l’interaction, à partir notamment de l’observation ?  Quelles implications et quels effets du point de vue situé du chercheur ou de la chercheuse ?

 

Les propositions devront comporter un titre, un résumé (3000 signes espaces compris) et l’axe choisi. Elles sont à soumettre avant le 30 Avril le 15 Mai, à je.intersectionnalite@gmail.com, le document devra être intitulé comme tel : Nom_prénom_axe.

Les réponses seront communiquées après le 1er Juin.

Les textes des communications seront à envoyer le 15 septembre.

 

Bibliographie indicative :

Agier, M., (2015) Anthropologie de la ville. Editions PUF, Paris.

Ait Ben Lmadani, F.,  Moujoud, N. (2012). Peut-on faire de l’intersectionnalité sans les ex-colonisé-e-s ?. Mouvements, 72(4), 11-21.

Balibar E., Wallerstein I. (2007 (1988)), Race, nation, classe. Les Identités ambiguës. Editions La Découverte, Paris.

Bilge, S. (2015). « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Recherches féministes, 28(2), 9–32.

Crenshaw, K. (2005). « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 39(2), 51-82.

Fassin, D., Fasssin E. (2009), De la question sociale à la question raciale, Ed. La Découverte, Paris.

Goffman, E. (2013) Comment se conduire dans les lieux publics, Economica, Coll. Etudes sociologiques.

Jaunait A., Chauvin S. (2012) « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique (Vol. 62), p. 5-20.

Hajjat A., Larcher S. (2019), « Intersectionnalité », Revue Mouvements. [En ligne]

Joseph, I. (1984) Le passant considérable : essai sur la dispersion de l’espace public, Ed. Meridiens- Klincksieck, Coll. Sociologie des formes, Paris. 

Kergoat, D. (2009) « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Dorlin, E., (dir.) 2009  Sexe, race, classe, Paris, PUF, pp 111-126.

Lépinard E., Mazouz S. (2019),  « Cartographie du surplomb », Revue Mouvements. [En ligne]

Quéré L., Brezger D. (1992) « L’étrangeté mutuelle des passants : Le mode de coexistence du public urbain » Les Annales de la recherche urbaine, N°57-58.

West C., Fenstermaker S. (2006) « « Faire » la différence. (Traduction de Laure de Verdalle et Anne Revillard) », Terrains & travaux (n° 10), p. 103-136.